En apprendre plus sur le partage de cabinet

Tout médecin qui possède un grand local pour son cabinet médical est certain de ressentir  un jour  un sentiment  de  gâchis  surtout  par rapport à tout l’espace  qui n’est pas utilisé. En effet, il existe  certain professionnel  qui dispose d’un grand cabinet  dont  il n’utilise que peu d’espace. Dans ce genre  de situation, il existe  un recours  intelligent  qui permet  de mieux utiliser  ces endroits et d’en  tirer du bénéfice  financier. On parle  ici de cocabinet qui consiste à donner  en location une partie  de son cabinet  médical ou paramédical à un autre  praticien qui a  une  spécialité toute autre.

Le type  de cabinet  pouvant  être  partagé

Le cocabinet est une très  bonne  pratique et offre  bien d’avantages mais  il faut  savoir  que ce ne sont pas  tous les  cabinets  médicaux ni tous les  types  d’immeuble  qui peuvent  être  partagés en ce sens. En premier  lieu, la loi a déjà  émis  des  critères  qui doivent être  respectés en matière  de cabinet médical. La place doit d’abord être propre et salubre, la qualité des soins et la sécurité de tous sont primordiales. En second lieu, pour  pouvoir  être  partagé avec d’autres  spécialistes, le cabinet doit être  spacieux et il doit  absolument  y avoir  des séparations pour  garantir  une  indépendance entre toutes  les  activités  qui vont y être  pratiquées. En troisième lieu, en proposant son cabinet  à d’autres  pratiquant  de la médecine, le titulaire devra  déjà  étudier la faisabilité  des activités  que le nouveau colocataire va  pouvoir  exercer dans les lieux. C’est uniquement  après que  le titulaire ou le  médecin propriétaire pourra offrir l’espace  non utilisé en location.

Quelles activités sont concernées  par le partage de cabinet ?

En tant  que  profession avec des spécialités diverses, la médecine  peut se  conjuguer au pluriel. Aussi, un médecin généraliste  pourra opérer un partage de cabinet  avec un kinésithérapeute ou avec un dentiste ou encore avec un pédiatre. Il en est de même  pour  un cabinet paramédical qui peut  partager la location avec un tradi-praticien ou encore  un médecin généraliste  ou un psychologue et ainsi de suite. La conjugaison est interminable mais  il existe  pourtant  une limite à ce mariage  d’activités. En effet, il existe  des  activités qui peuvent  pas se pratiquer ensemble comme le travail de psychologue qui, demandant du calme et une ambiance  sereine, ne peut pas se marier avec le travail d’orthophoniste ou de kiné qui nécessite des mouvements, du bruit et du dynamisme. Donc autant  limiter les professionnels qu’on appelle à la location d’une partie  de son cabinet pour  que  l’activité de celui-ci correspond au minimum à l’endroit et à l’activité  habituellement pratiquée.

La durée du cocabinet

Comme tout contrat, il n’y a pas  de délai limité  pour un contrat de location de  cabinet. Ce peut être à durée déterminée ou indéterminée selon la convention entre les deux parties. Aussi, on peut même  offrir  le cabinet  pour  une location de  quelques heures par semaine selon la convenance de la partie prenante. Dans tous les cas, cela  présente  des  avantages incommensurables à toutes les parties car le bailleur recevra du loyer et le preneur se verra offrir  de l’espace adéquat pour ses activités.

Articles similaires